EDITH CRASH

F r e n z y

Edith Crash Frenzy - Photo cover by Florencia P. Marano . Graphic Design by Kote Garcia (A.K.A. Berberecho Productions)

Pour l’heure, il s’agit de notre secret le mieux gardé.

Oh, il a fallu que l’on aille chez Pappy & Harriet’s, la cantine retranchée de toute la hype du Festival de Coachella, à une heure de là à Joshua Tree, pour découvrir ce joyau aussi intense que fragile.
Un ‘one woman band’ : la fureur de l’électricité et l’incandescence d’une voix sans filtre tenus dans une frêle silhouette de femme enfant dont les contours gothico oscillent entre le folk et le post-punk.

Son précédent LP Partir était sorti en 2015 et avait notamment reçu les honneurs d’une chronique dithyrambique dans Rock&Folk : « Notre monde bascule sous la voie lactée, dans la plaine Mojave. Edith Crash est perpignanaise comme les Limiñanas, exilée là-bas avec dans sa besace une certaine conception de la chanson française via le prisme punk — do it yourself. (…) On évoque forcément le dark folk de Johnny Cash, l’univers de PJ Harvey, et la rage contenue de Noir Désir »

Ainsi basée à Los Angeles depuis 2013 où elle écume inlassablement les clubs de Silverlake et Hollywood, Edith Crash est également invitée à de nombreux festivals de prestige, où elle fait sensation – notamment le SXSW à Austin en 2016 – et récolté d’autres articles enflammés dans la presse underground, ainsi que dans NPR.

Pour son nouvel opus Frenzy, elle s’entoure à nouveau de son mentor et producteur Alain Johannes sur deux morceaux (étroit collaborateur des Queens Of The Stone Age, Desert Sessions, Chris Cornell, Mark Lanegan, PJ Harvey, etc) et enregistre ses neuf nouvelles chansons entre L.A. et Brooklyn, NYC, auprès de Jeff Berner de Psychic TV, avant que l’album ne soit masterisé par Bernie Grundman (Prince, Dr. Dre, Marilyn Manson et le Thriller de Michael Jackson !)

Entre déclaration d’amour (« Guárdame »), expression viscérale de la perte et émulsion folle autour de la mégapole californienne, Frenzy marque un virage plus ambitieux encore, Edith Crash enrobant son blues d’arrangements electro voire industriels, en signifiant une direction plus dark vers une certaine idée de la cold wave revisitée. Elle cite Portishead et Dead Can Dance ; on pourrait également évoquer Blondie : éclairs de guitares, bass drum martelé, synthés eighties, noise triturée et relents folk, Edith Crash exprime sa mélancolie, sa souffrance et sa frénésie tant en anglais et en français qu’en espagnol : « Frenzy évoque autant une agitation émotionnelle, qui va de l’euphorie extrême à la folie, tout en embrassant tous les sentiments possibles dans un véritable tourbillon, avide de jouir de chaque seconde de la vie ».

L’artwork de Frenzy et la réalisation du vidéo-clip de « Ton Ombre » sont signés Florencia P. Marano, son épouse, artiste et photographe d’origine argentine.

Jean-Charles Desgroux

 

PRESSE

 

‘Intense French blues exile Edith Crash’
The Guardian

‘That was the great Edith Crash from her album Frenzy, a track called ‘Out Of Sight’.
We’ve been playing a track a week from Edith Crash’s album Frenzy, it’s a great one and I hope you are digging it too! Before Ms Crash was The Stooges.’

Henry Rollins

‘Artiste enragée, elle dévoile à nu des démons qui tourbillonnent comme des papillons de nuit autour de chansons poignantes, magnifiquement produites et intenses. ‘
Rock & Folk

“Based in LA by way of France and Spain and somewhere in between Led Zeppelin III and the Cure lies Edith Crash.”
NPR Tiny Desk

‘Edith Crash is a French transplant to L.A. who performs bluesy, folky music that is all very dark and strange, complimented by her sultry voice.’
NPR All Songs Considered (Favorite Discoveries And Memorable Moments SXSW 2016)

‘At once a bluesy, bloodraw drum-heavy romp, other times a sweet serenade, Edith Crash is a force. You’ve Been Warned.’
Tom Tom Mag

‘Produced by Alain Johannes, “Partir” is folk like Patti Smith folk and blues like PJ Harvey is blues. She performs as a one-woman band, so be prepared for a haunting, yet compelling, set.’
Buzzbands.la

‘Alain Johannes’ stripped down production is pitch-perfect. Partir is relentlessly revealing, personal, and cathartic.’
Coachella Valley Weekly

‘Fiercely passionate, Edith delivers raw, strong, & emotional songs sung in French, Spanish & English. A one woman band creating intense French blues, and melding the folk, punk & blues worlds for a truly one of a kind style. Siouxsie Sioux meets Kurt Cobain in Spain.’
Joshua Tree Music Festival

‘Edith Crash regresa con un álbum brillante y poderoso’
La Banda Elastica

“Edith Crash Returns With a New Album Tribute to Her Late Mother”
OC Weekly

“Crash paints honest images with emotional melodies to transport the listener”
Girl Underground

“Produced by Alain Johannes, “Partir” is folk like Patti Smith folk and blues like PJ Harvey is blues.”
Buzzbandla.com

“Alain Johannes’ stripped down production is pitch-perfect. Partir is relentlessly revealing, personal, and cathartic.”
coachellavalleyweekly.com

“Artiste enragée, elle dévoile à nu des démons qui tourbillonnent comme des papillons de nuit autour de chansons poignantes, magnifiquement produites et intenses. ”
Rock & Folk

“Album Premiere” on Bizzare.co.uk
Bizzarre.co.uk

“Exclusive Premiere”
After Ellen

Edith Crash sort son nouvel album à Los Angeles
L’Independant (French)

“Edith Crash es música ”
Musicopolis.es (Spanish)

“Edith Crash presenta “Partir”
Shookdown

“Edith Crash regresa con un album brillante y poderoso”
La Banda Elastica

STREAMING

Bandcamp / Spotify / Apple Music  / Deezer


VIDEOS


 

PHOTOS

 

Edith Crash Frenzy - Photo cover by Florencia P. Marano . Graphic Design by Kote Garcia (A.K.A. Berberecho Productions)

Edith Crash – Pochette Frenzy

 

Edith Crash by Florencia P Marano_2019_08  Photo : Florencia P. MaranoEdith Crash by Florencia P Marano_2019_09Photo : Florencia P. Marano

400x400Photo : Florencia P. Marano

 

Edith Crash Photo by Emily Macune

Photo : Emily Macune


edith-crash_photo-by_florencia-p-marano_08_low

Photo : Florencia P. Marano

Photo by Florencia P. Marano www.florenciapmarano.com

Photo : Florencia P. Marano

Edith Crash 2016 Photo : Florencia P. Marano

Photo : Florencia P. Marano